Excision: parlons-en au lycée Jacques Feyder !

téléchargement

22310312_1344398459015282_3660269102533923346_n

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est au lycée Jacques Feyder que l’association « Excision parlons-en »a décidé de clôturer la première phase de la campagne de sensibilisation Alerte Excision,  qui vise à prévenir des dangers de l’excision, auprès des délégués des différentes classes du lycée et devant les différents membres de l’administration, le mercredi 11 Octobre 2017.

Nous voulons tout d’abord remercier pour leur présence : Mmes Diaryatou BAH et Ramata KAPO (membres d’Excision parlons-en ! – témoignages), Juliette VOGT (membre d’Excision, parlons-en !) Maria LOAIAZA et sa collègue (Planning familiale & PMI du 93), Alice LUMBERTO et Sokona SIDIBE (lycéennes et ambassadrices de la campagne Alerte Excision) et Nadia EL BOUGA (sage femme, sexologue musulmane et féministe-modération).

Mais avant toute chose c’est quoi l’excision ?

 

C’est une pratique qui consiste à couper un bout du clitoris chez les jeunes filles. Cette mutilation  existe depuis des générations et est pratiquée quasiment partout dans le monde.  Les continents les plus touchés sont l’Afrique où on dénombre le plus de femmes excisées et l’Asie, plus particulièrement en Indonésie où la pratique est la plus courante. Certaines personnes la comparent à la circoncision masculine mais ils ont tort car cela n’équivaut en aucune façon à la circoncision masculine : cette dernière consiste à couper un bout de peau du pénis qui n’est pas essentiel à la sexualité.  Pour avoir un équivalent masculin, il faudrait  couper à un homme  une partie de son gland. De plus,  cette pratique consiste principalement à montrer aux futurs maris des jeunes filles qu’elles leur seront fidèles et  qu’elles ne s’intéresseront pas au plaisir sexuel. Toutefois, dans les deux cas, se pose la question du consentement car l’opération a lieu  généralement peu après la naissance alors que les enfants sont encore en bas âge : les garçons circoncis ne sont pas en mesure de dire si oui ou non ils veulent être circoncis.

Il existe quatre  types de mutilation sexuelle féminine :

La clitoridectomie : Ablation partielle ou totale du clitoris.

L’excision : Ablation partielle ou totale du clitoris et des petites lèvres, avec ou sans ablation des grandes lèvres.

L’infibulation : Rétrécissement de l’orifice vaginal par ablation et accolement des petites lèvres et/ ou des grandes lèvres, avec ou sans ablation du clitoris.

Les formes non-classées des MSF : Toutes les autres interventions novices ou potentiellement nocives pratiquées sur les organes sexuels féminins à des fins non thérapeutiques

C’est quoi Excision, parlons-en !  ?

 

 

 Excision, parlons-en !   est une association créée sous le régime du 1er Juillet 1901. Elle œuvre  pour  la disparition de l’excision en privilégiant un travail de mutualisation des expertises de différents acteurs, ainsi que d’information, de communication et de formation. Elle  propose une attention particulière au droit et à la santé des femmes et des enfants. Pour lutter contre ces normes sociales ancrées chez les populations qui les pratiquent encore actuellement, elle accorde une grande attention à la liberté de parole. Sa mission est de  briser les tabous et de mettre en place un réseau rassemblant les acteurs de tous les secteurs concernés (santé, éducation, police, etc…).

Excision, parlons-en ! s’est fixé trois grands objectifs s’adressant chacun à un public  spécifique :

-Travailler à l’accroissement   des compétences et au partage d’expériences des acteurs mobilisés en faveur de l’abandon de l’excision.

-Développer des activités de plaidoyers  institutionnels  ayant pour but de mettre la question de l’excision à l’agenda des décideurs politiques.

-Sensibiliser et informer le grand public et les adolescentes à risque.

Comment peut lutter certaines pays contre ces pratiques ?

 

En France par exemple, une loi existe et permet d’envoyer en prison toute personne pratiquant ces différentes formes  de mutilation. En Afrique, des associations se démènent pour faire disparaître cette pratique. Mais aujourd’hui, certains pays d’Afrique l’interdisent (18 des 29 pays majeurs  pratiquant l’excision se trouvent au nord de l’Afrique et en Afrique subsaharienne).

Est-ce-que les pays pratiquant l’excision on conscience de la gravité de leurs actes ?

Le problème est que dans ces pays, la population a bien conscience de cela, elle est même parfois interdite dans ces pays. Mais cela fait partie des traditions, pratiquées par les populations depuis des générations, elles perdurent, malgré la loi en vigueur.

Et quant aux femmes excisées, peuvent-elles être réparées?

Heureusement toutes les femmes ayant été victime d’une excision peuvent bénéficier gratuitement d’une opération chirurgicale qui visera à soigner les cicatrices et faire ressortir une partie du clitoris enfouit  (la longueur du clitoris avoisine les 10 centimètres). Ce qui peut permettre aux femmes excisées de redécouvrir le plaisir sexuel.

Et toi que pouvez vous faire ? 

téléchargement

 

Au lycée Jacques FEYDER, Alice LUMBERTO et Sokona SIDIBE  deux lycéennes dévouées et admirables  ce sont engagées en tant qu’ambassadrices de la campagne Alerte Excision.

Pour toutes celles et ceux  qui souhaitent avoir des informations supplémentaires, il existe des centaines de PMI disponibles, dont 38 en Saint-Saint-Denis. Là-bas toutes les jeunes filles peuvent bénéficier d’une  consultation gratuite pour savoir si elles ont été victime d’une excision. Également, si elles ont des doutes quant au fait d’être excisé prochainement, elles peuvent poser la question de façon anonyme et sécurisée.

 

Voici la liste des pays pratiquant l’excision d’après le site Web de Excision, parlons-en!

téléchargement (1)

Pour plus d’information veuillez-vous connecter grâce à ce lien et vous invitons à regarder l’excellente vidéo qui a été réaliser pour les campagnes faites par l’association.

http://www.alerte-excision.org/fr/

Cependant, soyez vigilantes car souvent ça commence par un billet d’avion pour le pays d’origine de nos parents, pour visiter la famille ou pour un événement particulier. L’excision peut alors être pratiquée à ce moment, il faut en parler avec ses proches pour essayer d’éviter que cela arrive. L’excision peut avoir de nombreux impacts très difficiles pendant toute la vie. Et pour plus d’information  veuillez-vous connecter sur le site web http://www.alerte-excision.fr

WWW.excisionparlonsen.org

« Car violer un tabou donne le pouvoir » de David HOMEL

Par Emmanuel MBEN.

 

Publicités

2 commentaires sur “Excision: parlons-en au lycée Jacques Feyder !

Ajouter un commentaire

  1. Bonjour,

    Cet article est très intéressant et vaut la peine de le lire entièrement. Cependant, quelques fautes d’orthographe ici et la, à corriger. Merci à l’équipe 😉😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :