La Mode Selon Les Genres

Aujourd’hui, la distinction entre les hommes et les femmes est marquée par des codes sociaux, notamment dans la mode. En effet, la mode influence et impose des différences entre les genres. Mais pourquoi une femme ne pourrait-elle pas s’habiller comme un homme ? Et un homme comme une femme ? Qu’est-ce qui nous empêche d’aller au-delà de cette frontière, et comment s’en débarrasser ? Comment évolue la mode et la société par rapport à cette question du genre ?

Si les sexes présentent des différences biologiques, ne le nions pas, la société, elle, distingue d’autres différences qui définissent les genres. La mode participe à cette distinction : elle propose certains vêtements pour les femmes, d’autres pour les hommes. Ces distinctions entrent dans les codes de la société, et nous poussent à croire qu’il existe des vêtements réservés aux femmes ou aux hommes.

Rassurez-vous, mesdames, vous avez le droit de porter le même costume-cravate que votre meilleur ami. Tout comme vous, messieurs, rien ne vous interdit de vous offrir une jupe.

Cependant, la société européenne dans laquelle nous vivons oblige les hommes et les femmes à user de comportements stéréotypés par rapport à leur sexe. C’est pour cela que seules les petites filles se déguisent en fée, alors que le costume de pirate est réservé aux garçons. Une fois devenus adultes, la petite fille va continuer de porter des robes et le garçon de belles chemises et cravates, parce qu’on leur aura appris que c’est ainsi qu’il faut faire. Pourtant, laissez moi vous dire qu’une cravate ne vous offre pas des testicules, tout comme une jupe ne vous garantit pas d’obtenir des ovaires !

Commençons par les femmes. Même si ma conscience féministe me pousse à hurler que, de toute façon, les femmes sont représentées comme n’étant là que pour faire joli, tel un pot de fleurs au milieu d’une table, je vais me concentrer seulement sur la mode.

Donc. Vous êtes une femme (messieurs, faites un effort, mettez-vous dans la peau de votre voisine du cours de maths), et vous enfilez votre jean troué préféré… attendez… vous êtes sûre que vous avez le droit de porter un pantalon ? Non, mais je dis cela parce qu’une loi interdisait les femmes de porter un pantalon dans la ville de Paris. Rassurez-vous, vous n’êtes plus hors la loi aujourd’hui ! Non, cela fait bien longtemps que cette loi a été abrogée… ah non, en fait, elle a été officiellement abrogée le 31 janvier 2013. Cependant, la loi avait été assouplie en 1909, et n’était plus légitime. Mais cela reste un excellent exemple du sexisme de la mode. Car, oui, je vous pose la question, en quoi peut-on se permettre d’interdire un vêtement à une femme, sous prétexte qu’il est masculin ? Les vêtements ne devraient pas être réservés pour certains individus seulement en fonction du sexe.

Mais il y a autre chose que cette loi stupide : les jugements. La dernière fois, j’avais envie de porter une chemise et une cravate. Quoi de mal à cela ? Après tout, c’est maintenant bien plus courant de voir une femme avec une cravate. Pourtant, j’ai dû faire face à quelques remarques désagréables,  me demandant si je me déguisais. Alors, je me répète : il ne suffit pas de porter un chemisier fleuri pour être une femme, et mes vêtements ne changent pas ce que je suis.

Ces remarques, beaucoup doivent y faire face tous les jours. Par exemple, les filles qui s’affichent comme n’étant pas particulièrement attirées par le rose, les fleurs, les paillettes, les robes, jupes, décolletés et maquillage, entendent parler de leur non-féminité tous les jours. Pour ma part, je ne compte plus les « Pourquoi ces chemises trop larges, ça cache tes formes », ou encore les « tu te maquilles pas ? T’es une vraie fille ? », et même les « sois féminine, porte autre chose que les t-shirts de ton frère ! », ce à quoi je rétorque, inlassablement, que je reste  une femme malgré mes vêtements. Ce qui est ironique, sachant qu’on reproche à d’autres femmes d’être trop féminines, ou « vulgaires ».

Bref toutes ces informations ne sont pas les seuls exemples de cette barrière homme/femme dans la mode. Mais au lieu de lister les nombreux faits de ce sexisme, je vais maintenant pointer l’évolution des genres dans la mode.

Et je vais donc vous parler, vous l’aurez deviné, de Yves Saint-Laurent ! En effet, en 1963, il présente un smoking pour les femmes. Pourquoi est-ce si révolutionnaire, me demanderiez-vous ? Mais parce que, premièrement, les femmes n’ont toujours pas le droit de porter de pantalon, et ensuite parce que c’est la première fois qu’un grand couturier popularise un vêtement masculin pour femme ! Car Yves Saint-Laurent ne s’est pas contenté de « déguiser » une femme en homme, non, il a adapté un vêtement à priori masculin pour qu’il soit réservé aux femmes. Il a donc permis aux femmes de se libérer et d’avoir accès à ce qui leur était interdit. Yves Saint-Laurent s’est mis au service des femmes, et non l’inverse : il ne s’est pas arrêté à ce qui leur était autorisé, mais s’est intéressé à ce qui les mettait en valeur.

Aujourd’hui, la distinction entre les hommes et les femmes est marquée par des codes sociaux, notamment dans la mode. En effet, la mode influence et impose des différences entre les genres. Mais pourquoi une femme ne pourrait-elle pas s’habiller comme un homme ? Et un homme comme une femme ? Qu’est-ce qui nous empêche d’aller au-delà de cette frontière, et comment s’en débarrasser ? Comment évolue la mode et la société par rapport à cette question du genre ?

Si les sexes présentent des différences biologiques, ne le nions pas, la société, elle, distingue d’autres différences qui définissent les genres. La mode participe à cette distinction : elle propose certains vêtements pour les femmes, d’autres pour les hommes. Ces distinctions entrent dans les codes de la société, et nous poussent à croire qu’il existe des vêtements réservés aux femmes ou aux hommes.

Rassurez-vous, mesdames, vous avez le droit de porter le même costume-cravate que votre meilleur ami. Tout comme vous, messieurs, rien ne vous interdit de vous offrir une jupe.

Cependant, la société européenne dans laquelle nous vivons oblige les hommes et les femmes à user de comportements stéréotypés par rapport à leur sexe. C’est pour cela que seules les petites filles se déguisent en fée, alors que le costume de pirate est réservé aux garçons. Une fois devenus adultes, la petite fille va continuer de porter des robes et le garçon de belles chemises et cravates, parce qu’on leur aura appris que c’est ainsi qu’il faut faire. Pourtant, laissez moi vous dire qu’une cravate ne vous offre pas des testicules, tout comme une jupe ne vous garantit pas d’obtenir des ovaires !

Commençons par les femmes. Même si ma conscience féministe me pousse à hurler que, de toute façon, les femmes sont représentées comme n’étant là que pour faire joli, tel un pot de fleurs au milieu d’une table, je vais me concentrer seulement sur la mode.

Donc. Vous êtes une femme (messieurs, faites un effort, mettez-vous dans la peau de votre voisine du cours de maths), et vous enfilez votre jean troué préféré… attendez… vous êtes sûre que vous avez le droit de porter un pantalon ? Non, mais je dis cela parce qu’une loi interdisait les femmes de porter un pantalon dans la ville de Paris. Rassurez-vous, vous n’êtes plus hors la loi aujourd’hui ! Non, cela fait bien longtemps que cette loi a été abrogée… ah non, en fait, elle a été officiellement abrogée le 31 janvier 2013. Cependant, la loi avait été assouplie en 1909, et n’était plus légitime. Mais cela reste un excellent exemple du sexisme de la mode. Car, oui, je vous pose la question, en quoi pout-on se permettre d’interdire un vêtement à une femme, sous prétexte qu’il est masculin ? Les vêtements ne devraient pas être réservés pour certains individus seulement en fonction du sexe.

Mais il y a autre chose que cette loi stupide : les jugements. La dernière fois, j’avais envie de porter une chemise et une cravate. Quoi de mal à cela ? Après tout, c’est maintenant bien plus courant de voir une femme avec une cravate. Pourtant, j’ai dû faire face à quelques remarques désagréables,  me demandant si je me déguisais. Alors, je me répète : il ne suffit pas de porter un chemisier fleuri pour être une femme, et mes vêtements ne changent pas ce que je suis.

Ces remarques, beaucoup doivent y faire face tous les jours. Par exemple, les filles qui s’affichent comme n’étant pas particulièrement attirées par le rose, les fleurs, les paillettes, les robes, jupes, décolletés et maquillage, entendent parler de leur non-féminité tous les jours. Pour ma part, je ne compte plus les « Pourquoi ces chemises trop larges, ça cache tes formes », ou encore les « tu te maquilles pas ? T’es une vraie fille ? », et même les « sois féminine, porte autre chose que les t-shirts de ton frère ! », ce à quoi je rétorque, inlassablement, que je reste  une femme malgré mes vêtements. Ce qui est ironique, sachant qu’on reproche à d’autres femmes d’être trop féminines, ou « vulgaires ».

Bref toutes ces informations ne sont pas les seuls exemples de cette barrière homme/femme dans la mode. Mais au lieu de lister les nombreux faits de ce sexisme, je vais maintenant pointer l’évolution des genres dans la mode.

Et je vais donc vous parler, vous l’aurez deviné, de Yves Saint-Laurent ! En effet, en 1963, il présente un smoking pour les femmes. Pourquoi est-ce si révolutionnaire, me demanderiez-vous ? Mais parce que, premièrement, les femmes n’ont toujours pas le droit de porter de pantalon, et ensuite parce que c’est la première fois qu’un grand couturier popularise un vêtement masculin pour femme ! Car Yves Saint-Laurent ne s’est pas contenté de « déguiser » une femme en homme, non, il a adapté un vêtement à priori masculin pour qu’il soit réservé aux femmes. Il a donc permis aux femmes de se libérer et d’avoir accès à ce qui leur était interdit. Yves Saint-Laurent s’est mis au service des femmes, et non l’inverse : il ne s’est pas arrêté à ce qui leur était autorisé, mais s’est intéressé à ce qui les mettait en valeur.

Les smoking de Yves Saint-Laurent

 

D’ailleurs, de nombreuses femmes célèbres ont pris l’habitude de s’habiller en homme alors que cela leur encore était interdit, dans le but de faire scandale et de lutter pour la libération de la femme. Cependant, beaucoup de féministes étaient contre cela, défendant la féminité de la femme qui, pour elles, était tout de même importante. Et je ne nie pas le fait qu’une femme peut être elle-même, et est souvent belle lorsqu’elle est féminine !

Au-delà des vêtements dits « masculins », beaucoup de couturiers, à commencer par Yves Saint-Laurent, évidemment, ont aussi défendu la nudité de la femme, comme par exemple Chanel, Lagerfeld ou Gagliano.

Mais assez parlé des femmes… Je vais maintenant vous parler des hommes. Oui, c’est votre tour messieurs !

Regardez autour de vous. Voyez-vous beaucoup d’hommes porter de belles jupes de soie et de dentelle ? Non ? Et pourquoi ? Pourtant aucun texte de loi ne précise « tout individu de sexe masculin portant une jupe se verra puni d’une peine d’emprisonnement dont la durée pourra varier selon la longueur du vêtement. » ! Quoique ce serait drôle. Il n’y a pas non plus marqué « pas touche si t’es un homme » sur les étiquettes des jupes. Bref, le petit Baptiste âgé de 16 ans a légalement le droit d’emprunter la belle robe mauve de sa maman chérie. Mais alors, qu’est-ce qui l’empêche de porter une robe ou une jupe ? Le regard des autres.

Imaginez, vous êtes dans le métro et vous voyez un garçon devant vous portant une jupe. Je vous mets au défi de ne pas le dévisager ! Car oui, si le petit Baptiste porte une jupe, ou même simplement du rose, il risque de se faire insulter. Les  «pédé », « travesti », « faible », « t’es pas un vrai mec », « petite pute », il n’y échappera pas. Alors il se contente de mettre un jean.

Est-ce que vous comprenez ce que j’essaie de vous dire ? Au-delà des lois et des mouvements de mode, le regard et le jugement des autres sont les premières causes de la limite homme/femme.

Et pourtant, dans d’autres sociétés ou époques, comme l’Indonésie ou plus bêtement l’Ecosse, les jupes et robes sont des vêtements purement masculins !

Mais, là encore, nous pouvons noter une évolution dans la mode. En effet, quelques entreprises de vêtements, et même certaine grandes maisons de couture proposent maintenant des jupes pour hommes ! Zara, par exemple, proposait des jupes masculines dans sa collection 2016-2017. Mais des jupes pour hommes ont aussi été présentées dans les défilés de Jean-Paul Gaultier, et la marque Hiatus s’impose même en étant la référence de la jupe pour homme ! Tout comme Yves Saint-Laurent l’avait fait avec le smoking pour les femmes, ces marques ne se contentent pas de « déguiser » les hommes en femmes, mais proposent plutôt des modèles masculins. Encore une fois, c’est révolutionnaire, bien que très peu populaire.

La jupe « pour hommes » de chez Zara à gauche et celle de chez Hiatus au centre, et celle de chez Jean-Paul Gaultier à droite.

Alors pourquoi ne pas abolir une bonne fois pour toute la frontière homme/femme dans la mode ? Si les vêtements doivent, bien sûr répondre à la morphologie de chacun, les mêmes modèles devraient être proposés dans les rayons hommes et femmes. Et si chacun ouvre son esprit, alors la mode pourra évoluer, et les genres ne seront plus guidés par des stéréotypes.

 

Manon.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :